Le secret de ma mère

Le secret de ma mere 9782258079625 1De: Anne Kirschner 

Edition : France Loisirs

Prix : 20.50 € neuf, vu à 6.50€ d'occasion

Pages : 373

ISBN : 978-2-298-024338-8

Résumé :Pendant près d'un demi-siècle, Sala Kirschner, Juive polonaise, a caché son passé à ses enfants : déportée à l'âge de seize ans, elle a survécu aux camps de travail nazis. En 1991, à la veille d'une opération, elle décide de leur révéler cette partie douloureuse de son existence, qu'elle a tout fait pour oublier en émigrant aux Etats-Unis après la Seconde Guerre mondiale. A l'appui de cette révélation, plus de 350 lettres, cartes postales et photographies, des documents d'une valeur inestimable qui l'ont aidée à survivre dans les camps mais qu'elle a conservés au péril de sa vie. 
Après avoir effectué de nombreuses recherches sur cette période, Ann Kirschner, sa fille, a décidé de rassembler ces documents personnels et de relater le quotidien de Sala entre 1940 et 1945, se faisant ainsi la voix de milliers d'autres Juifs déportés dans les camps de travail « Schmelt ». 

 

L'avis d'Aurélie: 

Que dire à part que ce livre m'a vraiment boulersée? Nous découvrons vraiment ce qui se passe à l'intérieur des camps comme si l'on y était puisque ses lettres sont authentiques. Le fait que l'auteur (qui est la fille de la protagoniste) complète avec des faits historiques, et personnels que sa mère lui a raconté, enrichissent vraiment le récit. On imagine vraiment l'horreur que cela à du être, mais aussi à quel point cette jeune femme se raccrochait à la vie en gardant toutes ses lettres, ce qui était pourtant interdit. On sent vraiment que si elle perdait ses lettres, c'est comme s'il n'y avait plus d'espoir, qu'elle ne serait plus reliée à la vie réelle. Ce livre ne nous cache rien: pourquoi elle a été là bas, la douleur quand elle découvre la mort de ses proches, les actes cruels des nazis comme ceux qui montraient un peu de bonté, mais aussi le fait que les soldats qui venaient les libérer n'étaient pas forcément les héros que nous croyons. Et puis cette liste à la fin du livre, celle des proches de Sala, je ne pourrais je pense jamais l'oublier; Sala a 2 arrières petits enfants, il y a quelques rescapés également, d'autres ont disparu mais les trois quarts ont tout simplement été déscimé. Des dizaines de vies qui se sont éteintes, et donc des vies qui n'auront jamais pu voir le jour. Ces personnes auraient eux aussi pu avoir des arrières petits enfants, tout un pan de l'histoire qui n'aura jamais lieu, victime d'être simplement différent. C'est pour cette raison qu'il ne faut jamais oublier, parce que l'on est tous différents et que sans tolérance, sur un simple jugement, une vie, des générations peuvent basculer dans la plus grande des noirceures.

 

" Sais-tu pourquoi je t'écris autant? Parce que tant que tu me lis, nous sommes ensemble"

J'ai les photos de notre cher père et de notre chère mère, ainsi que toutes les lettres que j'ai reçues de la maison, depuis la première minute de mon départ pour le camp. Tout du long, j'en ai pris soin comme la prunelle de mes yeux, car elles étaient mon plus précieux trésor."

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site